Droits de l'Homme ... 

... peut-on concilier des cultures opposées ?

 

 

Les Droits de l'Homme me sont longtemps apparus comme une formidable invention de l'esprit humain. Je veux dire en cela, une invention universelle ne souffrant pas le doute. Jusqu'aux réflexions qui furent les miennes lorsque la France se trouva confrontée aux processus de décolonisation, contraints ou proposés, reconnaissance bien tardive des différences de cultures qui existaient entre la ''métropole'' et ses ''dépendances'', aveux implicite d'avoir trop longtemps piétiné ces fameux Droits de l'Homme et autres vertus de cet Occident chrétien tant vanté. Ceci a trouvé un nouvel écho lorsque j'ai rencontré les cultures asiatiques et que j'ai pris conscience de l'énorme différence  d'appréhension des situations quelles révélaient à mon esprit ''rationnel''....... 

Les Droits de l'Homme seraient l'un des points noirs des relations internationales actuelles. Deux mondes s'affrontent. 

L'Occident avec son fond humaniste, fier de sa Démocratie et de ses Droits de l'Homme, fier de ces idéaux proclamés universels. 

Et le reste du monde, myriade de cultures dont la plus importante en terme de rapport de force est la civilisation chinoise, force en terme de démographie, mais force aussi en ancienneté de pensée. 

Les difficultés sont culturelles. Les deux pensées en présence - judéo-gréco-latine d'un côté et chinoise de l'autre - se sont développées en s'ignorant mutuellement, chacune à sa manière rendant intelligibles les problèmes philosophiques posés à l'homme ou par l'homme. 

Ceci se retrouvent jusque dans les écritures, alphabétique donc phonétique, c'est-à-dire transposition de la parole chez nous et idéographique c'est à dire visuelle en Chine, visuelle globalement puisque l'idéogramme n'est interprétable qu'en fonction de son environnement voir de son support. A tel point que le même caractère peut avoir deux interprétations opposées selon sa place dans l'ensemble du texte... 

Là se trouve donc un clivage fort. D'une part une pensée analytique, découpant les problèmes pour mieux les résoudre, de l'autre, une approche globalisante pour la recherche de l'harmonie du Tout, donc relationnelle. Pour en donner une image simple, disons que face à un mur, l'occidental verra les parpaings alors qu'un chinois verra les joints !

Le fondement de la pensée occidentale est l'être et ensuite dieu puis l'atome puis... Donc l'individu, l'isolement, y prévaut. '' La pensée européenne est d'abord une pensée isolante, du sujet-individu''. En Chine, ces notions n'ont pas été utilisées, c'est-à-dire retenues parmi beaucoup d'autres afin d'être développées. C'est le collectif qui importe, un ensemble qui englobe la nature et même au-delà. La pensée est, là,  duale, relationnelle. Un paysage est dit ''montagne et eau'', une chose un ''est-ouest'' en fait, une relation, un processus, un couplage, une polarité... pensons simplement au yin et au yang, indissociables.

La compréhension d'un concept issu d'une pensée donnée présuppose que l'Autre, celui qui cherche à comprendre, possède les outils culturels nécessaires, c'est-à-dire des concepts voisins ou tout au moins des mots-supports de cette idée. En Occident, liberté, vérité , idéal, sont des mots clés de la pensée et du discours philosophico-politique. En Chine aucun de ces mots n'existent ou n'existaient avant la première confrontation - qui fut violente - au monde occidental ! L'équivalent du premier est la notion de spontanéité, de ''ce qui se fait'' seul, par soi-même. L'homme libre, à notre sens, est en Chine celui qui a été exclu du groupe, banni... Pour la vérité, la notion existe en Chine sous forme de la disjonction vrai ou faux, c'est-à-dire de façon relative, mais pas comme vérité absolue ''indispensable'' dans la philosophie occidentale. Quant à l'idéal, le chinois moderne utilise un  mot qui signifie strictement ''principe interne de la réalité''. Il ne recouvre absolument pas notre dimension d'extériorité et de transcendance, d'un idéal considéré comme opposition au réel.

Resterait alors pour rapprocher les points de vue la valeur de l'exemple. Qu'en est-il au juste aujourd'hui ?

"On comprend que les puissances occidentales soient critiquées pour leur façon de défendre les droits au gré de leurs intérêts. On comprend aussi que l'on considère injustifiable l'attitude qui consiste à contester la liberté d'expression ou l'égalité des droits de la femme avec les hommes au nom de spécificités culturelles ou religieuses. Cependant, le caractère universel des droits nés en Occident se pose." ( Sophie Bessis in Alternatives économiques n°35, 1998/01, P. 48-49 )

"Plus de deux cents ans après la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen par la Révolution française et cinquante ans après le vote par l'Assemblée générale des Nations Unies de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme, le recul historique permet de percevoir la force et le souffle toujours créateurs de ces démarches qui fondent la modernité politique et juridique. Il oblige aussi à une confrontation cruelle entre les principes et la dure réalité des droits bafoués. Leur affirmation est nécessaire mais impuissante par elle-même, si elle ne bénéficie pas d'un rapport de force favorable. Le pouvoir est devenu le véritable enjeu et il se joue entre les Etats, les collectivités et les individus." ( Jean Jacques Urvoas in Etudes, n°6, 1998/12, P. 601-610 )

"Les Etats sont de moins en moins armés pour appliquer un engagement qui est le leur : défendre et promouvoir les droits de l'homme. Si une évolution du droit privé est nécessaire, les gouvernements se doivent aussi de faire coïncider les principes et les normes des organisations économiques internationales avec les conventions sur les droits de l'homme. Ils en ont le pouvoir." ( Marco Sassoli in Courrier de la Planète n°48, 1998/11, P. 20-21 )

Ces citations proviennent du Ritimo, réseau des centres de documentations pour le développement et la solidarité internationale, agréé par l'Education Nationale au titre des associations éducatives complémentaires de l'enseignement public. ( voir ci-dessous Droits de l'Homme et Universalité....)

Pour compléter et préciser la notion d'ethnocentrisme voici un passage de la Thèse ''L'application des Droits de l'Homme en Chine est-elle possible ?"  de Agnès Le Béon

"L'ethnocentrisme est la figure la plus commune de l'option universaliste : cela consiste à ériger les valeurs propres de la société à laquelle quelqu'un appartient en valeurs universelles. Ainsi, cette personne sera convaincue que ses valeurs sont les valeurs et qu'il n'y a rien à ajouter à cela. On peut donc en déduire qu'un universaliste est parfois un ethnocentriste qui s'ignore. On peut essayer, en effet, de ne pas juger les autres suivant ses propres mœurs, mais il est extrêmement difficile de ne pas juger selon ses catégories mentales. La nuance est donc très tenue entre la projection inconsciente de soi sur les autres et un véritable attachement à un idéal commun . C'est ce qui rend le débat si " épidermique " et les solutions si difficiles à trouver. Il n'est pas aisé de prouver à quelqu'un que l'on agit pour son bien si ce dernier y voit une menace à son identité.

En fait, il apparaît que les droits de l'homme sont un universalisme (dans le sens qu'ils s'adressent à tous les hommes sans distinction) mais qu'ils ne sont pas universels. L'universalité est un rêve occidental, bien loin de la réalité mondiale. C'est pour cela que l'on ne peut pas affirmer que les droits de l'homme " vaincront " un jour toutes les résistances et il n'est pas impossible que la tendance actuelle à la démocratisation et aux droits de l'homme s'inversent si un certain nombre d'Etats en décident ainsi.

Car, on ne peut prétendre, sans contradiction, imposer les droits de l'homme à ceux qui n'en veulent pas. Il serait aberrant d'imposer par la force ou autres pressions une notion qui préconise la liberté du choix." 

Pour conclure provisoirement cette réflexion...

La marche actuelle du monde ne peut motiver les cultures non occidentales à suivre notre exemple. En effet, les interventions quotidiennes des pays occidentaux dans tous les domaines de la vie de la planète, interventions armées et/ou économiques agressives, au détriment des pays les plus faibles ou de ceux qui possèdent des richesses dont nous avons besoin afin d'assurer notre train de vie, se présentent le plus souvent comme des contre-exemples aux idéaux qui cyniquement les sous-tendent.  Dans un certain cas récent d'intervention militaire encore en cours, on confine à l'obscène car, comme cité plus haut, " on ne peut prétendre, sans contradiction, imposer les Droits de l'Homme à ceux qui n'en veulent pas. Il serait aberrant d'imposer par la force ou autres pressions une notion qui préconise la liberté du choix. "

Il n'est pas trop tard pour devenir exemplaire. Il suffit aux gouvernants - et à nous mêmes - de le vouloir avant que certain état ne prenne une telle dimension économique qu'il lui sera encore plus facile qu'aujourd'hui de contrarier systématiquement toutes les tentatives occidentales honnêtes de développement des Doits de l'Homme avant de tenter d'imposer à son tour son mode de pensée au monde.

 

De quoi parle-t-on ?

Les Droits de la Femme... http://www.aidh.org/Femme/LaDeclaration.htm 

Les Droits de l'Enfant... http://www.emdh.org/emdh/html/page_type.html  

Les Droits de l'Homme... http://www.un.org/french/aboutun/dudh.htm 

Liste à laquelle il faudrait logiquement ajouter :

Les Droits des Peuples... http://www.unhchr.ch/french/html/menu3/b/73_fr.htm  ou encore http://www.ciemen.org/pdf/fr.PDF , autre vision, contestataire celle là http://pageperso.aol.fr/_ht_a/pregentil/peuples.htm 

et des Ethnies...  http://ethnisme.ben-vautier.com/ 

Où sont les difficultés ?

Les Droits de l'Homme et les Cultures non occidentales... http://www.dachary.org/obses/memoire.html#RTFToC100 

Droits de l'Homme et Universalité... http://www.ritimo.org/Essentielles/ddh/3decla.htm#chaaf 

Expliquées par Ben, artiste polymorphe, avec des mots simples... http://www.ben-vautier.com/divers/fidh.html

Que peut-on faire ? ... ( pour commencer ) pourquoi pas le commerce équitable ?

http://www.maxhavelaarfrance.org/association/philo.htm